www.laviecatholique.com Diocèse
Jean-Pierre Arlanda et Jean-Bernard Fricot, ordonnés diacres le 23 juin dernier - Serviteurs à l'image du Christ
Nouveau prêtre-missionnaire d'origine mauricienne - Jean-Patrice Coulon : «Vivre de la spiritualité de François de Sales et être un saint gentilhomme»
Laurent Rivet de retour pour son ordination sacerdotale
Vœux solennels du père Steves Babooram
60 ans de sacerdoce du père Farrelly
Dimanche dernier à Cité-Batimarais - Le couvent des SSMI inauguré


Jean-Pierre Arlanda et Jean-Bernard Fricot, ordonnés diacres le 23 juin dernier

Serviteurs à l'image du Christ


Photo de famille des ordinands, avec Mgr G. Soubrier au centre et, à droite, Jean-Bernard Fricot et Jean-Pierre Arlanda.
«Je suis heureux du choix de vie que j'ai fait et je garde mon regard fixé sur le Christ.» Propos de Jean-Pierre Arlanda, 43 ans, originaire de Vacoas, qui a reçu l'ordination diaconale pour le diocèse de Port-Louis en compagnie de Jean-Bernard Fricot.

«C'est avec joie que j'ai cheminé vers mon ordination diaconale, poursuit-il. C'est Dieu qui me donne sa grâce pour avancer. Il me tient la main et je sais en qui j'ai mis ma foi.»


Remise de l'Evangile à Jean-Pierre Arlanda.
Et d'ajouter : «J'ai beaucoup reçu de Dieu, de ma famille - surtout ma maman-, de mes amis, des prêtres, religieux et religieuses que j'ai côtoyés. Aujourd'hui, c'est à mon tour de donner. Tout ce que je désire, c'est de faire la volonté de Dieu.»

«Je suis sûr que j'ai fait le bon choix et que c'est avec le Christ, dans le don de moi-même au service de l'Eglise, que se trouve mon bonheur. Déjà, je suis comblé de beaucoup de grâce. Avec la grâce de Dieu, je m'efforcerai d'être un témoin fidèle partout où je serai. Proche de ceux qui souffrent et ami des plus pauvres. Mon trésor, je l'ai trouvé : c'est le Christ.»


Mgr Georges Soubrier impose les mains à Jean-Bernard Fricot.
Pour sa part, Jean-Bernard Fricot est âgé de 33 ans et est originaire de Batimarais. Sa mère, musulmane, a épousé la foi chrétienne en se mariant. C'est d'ailleurs grâce à elle qu'il a découvert, petit, l'importance de la prière en famille.

Jean-Bernard a vécu, comme de nombreux jeunes, du recul par rapport à l'Église. Ancien tailleur de diamant, travailleur dans un parc naturel, puis bibliothécaire dans un collège confessionnel, Jean-Bernard a redécouvert la foi lors d'une retraite. S'en suivirent la confession, l'engagement dans sa paroisse et au sein de l'Église.

«Un été, il a passé un mois dans un hospice de sa région à aider un frère qui soignait des malades. Le témoignage de ce frère qui priait et s'occupait des personnes âgées avant même de prendre son petit-déjeuner l'a beaucoup marqué. Ce fut le début de se vocation», peut-on lire dans sa biographie postée sur le site-web du diocèse de Nantes.

Nos compatriotes ont reçu l'ordination diaconale en compagnie de Guillaume Dannoo (diacre pour le diocèse de Nantes) et Stéphane Blin et Guillaume Le Floc'h, ordonnés prêtres.

Service des communications du diocèse de Nantes.

Haut de la page


Nouveau prêtre-missionnaire d'origine mauricienne

Jean-Patrice Coulon : «Vivre de la spiritualité de François de Sales et être un saint gentilhomme»


Mgr Georges Stack lui imposant les mains.

Jean-Patrice Coulon a reçu, le 15 juin dernier, à Hampton Hill, en Angleterre, l'ordination presbytérale au sein des Missionnaires de Saint-François-de-Sales. Une ordination qui s'est tenue en la fête du Sacré-Cœur.

«Bien que cette fête n'existait pas du temps de saint François de Sales, la date m'a semblé appropriée, d'autant plus que le cœur est perçu comme le symbole de l'amour, explique-t-il. Saint François de Sales parlait constamment de l'amour; il s'était mis en opposition avec saint Thomas d'Aquin en déclarant que Dieu aurait pu être homme, même si l'humanité n'avait pas péché. Je me sens privilégié d'être un prêtre de Jésus-Christ ; mais il est tout aussi important d'être en accord avec la spiritualité de saint François de Sales, souvent décrit comme le saint gentilhomme.»

Agé de 34 ans, le jeune prêtre est né à Tooting, dans le sud de Londres, de parents mauriciens - Gabriel et Lise, une ex-enseignante au sein de la Roman Catholic Education Authority- émigrés en Angleterre.

Appel naissant

Le père Jean-Patrice Coulon a fréquenté Wimbledon College, géré par les jésuites. Puis, l'université de Plymouth, qui lui a permis de renouer avec la foi et l'Église. «C'est dans de telles circonstances que j'ai senti la perspective de l'appel à la prêtrise», raconte-t-il.

C'est en complétant sa maîtrise à Londres qu'il se trouve pleinement impliqué dans un groupe de prières charismatique, qui donnera naissance à The World Among Us, un groupe américain catholique.

Tout un cheminement qui poussera le jeune Jean-Patrice Coulon à fréquenter Youth 2000, «groupe de prière pour jeunes qui met particulièrement l'accent sur l'Eucharistie, la dévotion mariale et la fidélité à l'enseignement de l'Église». Deux groupes qui vont certainement l'aider à accepter et à se réjouir d'avoir été appelé.

Toutefois, le jeune appelé ne se résout pas à être prêtre diocésain et se met en recherche d'un ordre religieux. Ce qui ne l'empêche pas de travailler au Catholic Herald et, pendant une année, comme fonctionnaire au sein du département pour le développement international.

Une spiritualité qui embrase

«Au sein duYouth 2000, se remémore-t-il, j'avais un ami qui se préparait à rejoindre les Missionnaires de Saint-François-de-Sales. Il m'a invité à leur accorder un peu de temps. Bien que l'ordre n'ait rien d'exceptionnel, je me suis senti très attiré par la spiritualité de saint François de Sales, qui parlait tellement de l'amour de Dieu qu'il fut déclaré le Docteur de l'amour divin.»

Et voilà donc Jean-Patrice Coulon en formation à Fribourg, en Suisse, en octobre 1998. Avec, entre autres, comme mission, l'apprentissage du français ! Il y complète son noviciat, ainsi qu'une licence en théologie, avant de faire une année de philosophie à Rome.

Il fait sa profession définitive en août dernier et reçoit l'ordination diaconale le 21 septembre 2006, en la fête de saint Matthieu.

Jean-Patrice Coulon a eu la joie de participer au Handicapped Children's Pilgrimage Trust, pèlerinage bien établi qui se tient durant la semaine sainte. Il a aussi participé, pendant une douzaine d'années, au VP St. John Bosco Children's Camp, qui vise à offrir des vacances aux enfants défavorisés.

Retour aux sources

Le père Jean-Patrice Coulon sera affecté à l'une des cinq paroisses placées sous la responsabilité de la province anglaise. Sa première messe a été dite à sainte Marie-Madeleine, à Wandsworh - pour le repos de l'âme de son père,.

Il sera à Maurice à la mi-juillet, en compagnie de son oncle et de sa tante, Cyrille and Josiane Rousetty, qui s'étaient déplacés pour son ordination. «J'espère célébrer une messe en l'église Saint-Patrick, Rose-Hill», confie-t-il.





Haut de la page


Laurent Rivet de retour pour son ordination sacerdotale

Laurent Rivet, séminariste mauricien, rentre au pays ce dimanche 1er juillet en vue de son ordination sacerdotale le 5 août prochain à Rivière-Noire. Ordonné diacre le 26 juin de l'année dernière en la cathédrale de Nantes, il a accompli une année de stage diaconale à la paroisse Saint-Pierre-de-l'Océan, à Saint-Nazaire. Il s'est particulièrement occupé d'adolescents en milieu populaire. Les préparatifs pour son ordination sacerdotale ont débuté depuis quelques semaines déjà et les choses devraient s'accélérer dans les prochains jours. Un comité, présidé par le père Pierre Laslandes, a été constitué à ce propos.

Haut de la page


Vœux solennels du père Steves Babooram

Pour la louange de Dieu et le service des hommes, le père François-Xavier Dumortier, Provincial de la Province de France, recevra les vœux solennels de Steves Babooram dans la Compagnie de Jésus, le samedi 7 juillet à 10h00 à l'église Notre-Dame de Lourdes, Rose-Hill. Steves, ses compagnons jésuites et sa famille sont heureux de vous inviter à participer à cette célébration, ou à vous y unir par la pensée ou la prière.



Haut de la page


60 ans de sacerdoce du père Farrelly

Le père Bernard Farrelly, missionnaire spiritain à Maurice depuis 1949, fêtera ses soixante ans de vie sacerdotale. Une messe réunira ses confrères et amis le dimanche 8 juillet à 17h00 en l'église de Sainte-Croix.

Haut de la page


Dimanche dernier à Cité-Batimarais

Le couvent des SSMI inauguré


Inauguration des nouveaux locaux par Mgr Maurice E. Piat, en présence des soeurs SMMI et du président de la Fabrique.
Les Sœurs salésiennes missionnaires de Marie-Immaculée (SMMI) ont, depuis dimanche dernier, un couvent flambant neuf, au cœur de Cité-Batimarais. Un lieu de résidence et de rayonnement, fruit de l'intuition du père Maria Paschal, alors curé de Rivière-des-Anguilles, de la persévérance des curés qui lui ont succédé, du soutien de l'évêque, de l'encouragement de la maison-mère des SMMI et aussi de la solidarité des paroissiens et des Œuvres pontificales missionnaires, entre autres.


Bénédiction de fond en comble.
Procédant à l'inauguration des locaux, Mgr Maurice E. Piat a invité l'assistance «à rendre grâce pour la présence missionnaire des sœurs». Des religieuses qui, comme François de Sales, leur fondateur, vient rappeler «le bonheur d'être aimées, de connaître et de suivre Jésus». Et dont l'apostolat s'apparente à celui de saint Jean-Baptiste : «Montrer l'Agneau de Dieu et les inciter tous à le suivre.» D'où le souhait en ce jour de joie pour la paroisse du Sacré-Cœur et pour la communauté de Batimarais en particulier : que surgissent aux quatre coins de la paroisse des «pied vokasyon».

Un «pied vokasyon» qui, d'ailleurs de l'avis de Dario Vincent, président de la Fabrique, s'annonce sous de bons auspices. Car Batimarais a su maintes fois démontrer sa générosité a l'Eglise ; en lui donnant un prêtre, le père Jocelyn Grégoire ; un diacre, Jean-Bernard Fricot, ordonné la veille à Nantes; et un couvent à la hauteur de la mission des SMMI, qui est de travailler, entre autres, à l'empowerment des pauvres et des femmes en particulier.

Haut de la page

29 juin au 05 juillet 2007